Connexion

Repérage de la maltraitance et de la violence faite aux femmes,
et conduite à tenir

Jeudi 6 juin 2019

Message de l'ANFIIDE :

"A la demande du CIF (Collège Infirmier Français), l'ANFIIDE (Association Nationale Française des Infirmiers et Infirmières Diplômées et Etudiants) s'est investie sur le sujet des violences faites aux femmes auprès de la MIPROF entre 2017 et 2019.

Il s'agit d'un problème de santé publique faisant partie des déterminants en santé identifiés par l'OMS

Nous organisons une journée le 6 juin à Paris sur le thème. (programme en pièce jointe)

Des personnes expertes ont répondu présentes pour participer à ce séminaire. La MIPROF, l'observatoire national des violences envers les femmes, l'unité médico judiciaire du l'Hôtel Dieu de Paris, le Fédération Nationale Solidarité Femmes, le Direction Régionale aux droits des femmes de Paris île de France seront représentés.

Nous nous permettons de vous solliciter pour diffuser le programme de la journée du 6 juin

Ce thème  demande la mobilisation de tous. Les soignants sont en 1ère ligne.

Nous vous remercions par avance de votre aide précieuse

Bien à vous"

Pour l'ANFIIDE
Brigitte Herisson
secrétaire générale
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


"Contribuons à notre profession en France et dans le monde"


Journée internationale de l'Infirmière

L'ASI se joint au CII (Conseil Internationl des Infirmières) pour la Journée Internationale des Infirmières :

CII JII2019

 Voir le programme sur le site du CII


Communiqué de presse  CEFIEC
Communiqué sur les IPA

 

Dans la contiunté de l'ASI et du CIF, le CEFIEC a publié ce communiqué :

190412 Communiqué CEFIEC IPA

 Suite


Communiqué de presse
Infections et cancers dus aux papillomavirus (HPV) en France

« Appel des 50 » : Académies, Collèges, Sociétés et Syndicats médicaux
pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus
soutenu par des personnalités médicales et 6 associations de parents et de dépistage

Paris, le 20 mars 2019 MAJ 25/3/2019

Le papillomavirus est responsable de nombreux cancers et d’autres maladies touchant l’homme et la femme. Si la France a réalisé un premier pas avec la généralisation du dépistage du cancer du col de l’utérus, les sociétés médicales signataires, regroupées dans un collectif scientifique, insistent aujourd’hui sur l’urgence :

  • -­ d’organiser un dépistage efficace (accès, utilisation des tests HPV),
  • -­ d’augmenter la couverture vaccinale des populations déjà ciblées en rétablissant activement la vérité scientifique et donc la confiance vis-­à-­vis de ces vaccins actifs et très bien tolérés,
  • -­ de lancer la vaccination universelle gratuite ou remboursée, sans distinction de sexe ou de risque, pour protéger filles et garçons, réduire les inégalités et participer, avec les autres pays, à l’élimination des cancers HPV induits, en suivant la recommandation de l’OMS.

 


Logo Salon Infirmier

du Mardi 21 mai au jeudi 23 mai 2019

 

Vous retrouverez l'Académie des Sciences Infimières :

Symposium ASI

Mercredi 22 mai – 16h00 – 18h00

  • - Préconisations en termes d’enseignement de la recherche en formation initiale
  • - Formation à la recherche  en formation infirmière spécialisée et cadre de santé, similitudes et spécificités
  • - Valorisation des travaux de fin d’études : initiatives associatives et enseignements

 

 Urgences : Agnès BUZYN favorable aux délégations de tâches aux infirmiers

 Infirmiers com

EN BREF

Urgences : Agnès BUZYN favorable aux délégations de tâches aux infirmiers

08.02.19 Mise à jour le 08.02.19

 

Dans sa synthèse annuelle, la Cour des comptes s’est penchée sur la situation des services d’urgences en France où la délégation d'actes aux infirmiers apparait comme une partie de la solution pour faire face à la situation.

Le rapport affirme que : dans de nombreux services d’urgence, la dispensation d’antalgiques par un IDE est, de fait, déjà pratiquée. L’infirmier d’accueil peut également être autorisée à prescrire des radiographies à l’arrivée du patient, à orienter ceux d’entre eux qui présentent de la petite traumatologie, voire à poser un dispositif d’immobilisation après diagnostic par le médecin.
 
Dans ce contexte, pour les magistrats les services d’urgence constituent un cadre favorable à la mise en place de délégations de tâches, en raison de la possibilité de recourir en permanence à un médecin en cas de difficulté. La définition récente du cadre juridique des pratiques avancées des infirmiers devrait permettre de progresser dans ce domaine, pour autant que leur champ de compétence soit élargi et adapté au contexte spécifique des urgences.
 
Une option à laquelle réfléchirait la minsitre de Solidarités et de la Santé. En effet, dans sa réponse officielle au rapport, elle confirme qu' une telle modification permettrait alors d’intégrer les actes spécifiques à l’urgence soit dans le rôle autonome propre à l’infirmier, soit dans le rôle prescrit de l'infirmier. Cette question pourra être abordée.
 
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le JIM.fr.